dimanche 31 juillet 2016

Billets-L’impôt est une extorsion de fonds


L’impôt est une extorsion de fonds

Un sondage, en cette période d’ultra-matraquage fiscal, révèle que pas moins de 37% des Français considèrent l’impôt comme une extorsion de fonds. Intéressant en cette période où se multiplient les signes patents de révoltes à l’encontre du gouvernement et de sa politique.

Je ne me réfère pas aux pathétiques et sirupeux mouvements rebellocrates, portés par des groupes, tels les syndicats (CGT, FO et SUD en tête) qui ont fait croire durant des décennies que notre pays abritait de courageux résistants à l’oppression capitaliste et réactionnaire, sauvant ainsi l’âme corrompue de notre nation. À les entendre, on pouvait s’imaginer avec soulagement qu’existaient en France des consciences en alerte pour nous protéger des vilains en tous genres.

Je me réfère plutôt à ces petits mouvements, qui ont fleuri un peu partout, certains éphémères, d’autres pérennes : les pigeons ou les bonnets rouges d’hier, les pendus, les patrons cadenassés ou le mouvement des libérés de maintenant. Chacun avait ses spécificités, mais ils partageaient tous un écœurement des charges fiscales et sociales qui pèsent encore sur l’économie française aujourd’hui. Un trop plein d’État.

À cela vous ajoutez des sondages qui confirment une tendance grandissante acceptant une réduction du périmètre de l’État, et cerise sur le gâteau, ce sondage où presque 40% des sondés voient l’impôt comme une simple extorsion de fonds. Il y a de quoi faire rêver un libéral. La lucidité gagnerait-elle le peuple de France ? Cela reste à voir.
L’impôt est en effet de l’extorsion de fonds : rien de plus, rien de moins. C’est une violation des droits de propriété privée. Par la force, même avec la plus subtile, l’État extorque de l’argent à ses citoyens. Point final. C’est du vol pur et simple. L’impôt c’est l’équivalent noble et sophistiqué du racket mafieux.

Tous les discours qui consistent à le faire passer pour quelque chose d’aussi nécessaire que l’air que l’on respire ne sont que propagande pour gagner l’adhésion de ses victimes. L’impôt n’est pas plus nécessaire que le monopole pour permettre la vie en société.

Certes, aujourd’hui, en l’état actuel, il serait utopique de l’abolir du jour au lendemain (et pourquoi pas après tout, ne l’a-t-on pas fait avec l’esclavage ?), mais au moins il faudrait que nos consciences bienveillantes, nos lanceurs d’alertes, nos résistants bien-pensants, s’indignent de son existence et de son usage démentiel par l’État.

Ne sommes-nous pas concernés par l’usage que fait l’État de la liberté d’expression, de la justice ou de sa force armée ? Nous savons dans ces domaines respectifs que l’État peut être dangereux. Alors pourquoi n’est-ce pas le cas avec les impôts ? Pourquoi l’impôt échappe-t-il à cette vigilance ? Pourquoi n’y-a-t-il pas un tax watch international, ou un contribuable sans frontière (il existe Contribuables associés en France) ? La seule chose dont on s’indigne dans les médias c’est de ne point payer l’impôt, légalement ou illégalement. On devient alors un traître à la patrie, un citoyen indigne, un parasite vivant au crochet des autres.

Si cette tendance persiste dans l’opinion, j’entends déjà les politiques et sociologues de tous poils s’alarmer devant cette érosion du consentement à l’impôt. Qu’il y ait trop d’impôt d’accord ! Mais qu’il soit perçu comme pour ce qu’il est vraiment, du vol, c’est trop dangereux pour la caste au pouvoir. Car finalement nos hommes d’État se retrouveraient soudainement nus comme le roi dans la fable.


Source contrpoints.org

vendredi 29 juillet 2016

jeudi 28 juillet 2016

Dessins de presse


Dessins de presse

mercredi 27 juillet 2016

mardi 26 juillet 2016

vendredi 22 juillet 2016

Dessins de presse


Dessins de presse

jeudi 21 juillet 2016

lundi 18 juillet 2016

Recettes Enfants-Courgettes à la ricotta


Courgettes à la ricotta

Préparation : 20 mn
Cuisson : 30 mn
Pour 4 personnes
5 courgettes rondes
200 g de ricotta
2 oignons frais
1 gousse d’ail
2 brins de menthe
4 cuillerées à soupe d’huile d’olive
Sel
1. Préchauffez le four à 180 °C (th. 6).
2. Rincez et essuyez 4 courgettes. Coupez un chapeau sur chacune. Creusez l’intérieur et retirez la pulpe, puis hachez-la avec la courgette restante épluchée.
3. Pelez et hachez les oignons frais. Faites-les fondre 2 minutes à la poêle dans 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Ajoutez la pulpe de courgette hachée et l’ail pressé. Cuisez 5 minutes en mélangeant. Salez.
4. Garnissez les courgettes évidées de cette préparation. Rangez-les dans un plat. Arrosez d’un filet d’huile d’olive. Couvrez d’une feuille d’aluminium. Cuisez 20 minutes au four, puis laissez tiédir.
5. Ecrasez la ricotta avec 1 cuillerée à soupe d’huile d’olive et la menthe ciselée.
6. Terminez de garnir les courgettes avec cette préparation. Servez-les tièdes.

Info santé
La courgette est un légume bien adapté aux enfants : ses fibres (des pectines) ne sont pas irritantes et lui donnent une texture veloutée. Choisissez de préférence des courgettes très jeunes qui ont une saveur plus douce.

Dans un menu
Salade de riz au thon

samedi 16 juillet 2016

vendredi 15 juillet 2016

mercredi 13 juillet 2016

Dessins de presse


Dessins de presse

mardi 12 juillet 2016

samedi 9 juillet 2016

vendredi 8 juillet 2016

Dessins de presse


Dessins de presse

jeudi 7 juillet 2016

mercredi 6 juillet 2016

mardi 5 juillet 2016

Dessins de presse


Dessins de presse

Recettes Marocaines-Couscous aux sept légumes


Couscous aux sept légumes

Préparation : 30 mn
Cuisson : 1 heure 45
Pour 6 personnes
5 oignons
3 gousses d’ail
½ chou blanc
750 g de jarret de veau
80 g de beurre
½ cuillerée à café de curcuma
4 carottes
3 navets
400 g de chair de potiron
2 aubergines
3 tomates
1 petit piment frais
2 branches de coriandre
½ boîte de pois chiches
Sel et poivre
Pour la graine de couscous :
600 g de semoule de couscous
100 g de beurre
4 cuillerées à soupe d’huile
1. Pelez les oignons et l’ail, coupez-les en lamelles. Coupez le demi-chou en quatre. Mettez la viande dans la partie basse du couscoussier avec la valeur de 2 oignons, le chou et 80 g de beurre. Salez et poivrez. Ajoutez le curcuma. Arrosez avec 3 litres d’eau. Portez à ébullition et laissez cuire 45 minutes.
2. Grattez les carottes, pelez les navets, coupez ces légumes en morceaux ainsi que le potiron, les aubergines et les tomates. Retirez le pédoncule et les graines du piment et coupez-le en rondelles. Rincez, épongez la coriandre, hachez-en les feuilles. Ajoutez les carottes, les navets, le potiron, les aubergines, les tomates, le reste des oignons, le piment et la coriandre dans la marmite et laissez cuire 1 heure.
3. Préparez la graine de couscous : Passez la semoule sous l’eau froide, étalez-la dans un grand plat en séparant les grains. Mettez-la dans la partie haute du couscoussier, sur la marmite où cuisent viande et légumes, et appliquez un torchon sur la jointure. Ne couvrez pas.
4. Lorsque la vapeur passe abondamment à travers la semoule, versez celle-ci dans le grand plat. Arrosez d’huile, puis de 30 cl d’eau, en travaillant avec les mains.
5. Lorsque le liquide a été absorbé, remettez la semoule dans le couscoussier. Laissez cuire à  découvert jusqu’à ce que la vapeur s’échappe abondamment.
6. Egouttez les pois chiches et ajoutez-les dans la marmite 15 minutes avant la fin de la cuisson. Vérifiez l’assaisonnement du bouillon.
7. Faites réchauffer la semoule quelques minutes dans la partie haute du couscoussier, sans couvrir. Disposez-la dans un grand plat rond, puis arrosez-la avec autant de bouillon qu’elle peut en absorber. Formez un puits au centre, déposez-y la viande et les légumes. Versez le reste du bouillon dans une jatte et présentez-le à part, bien chaud.


Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

lundi 4 juillet 2016

dimanche 3 juillet 2016

Recettes tartines-Tartines, abricots et pistaches


Tartines, abricots et pistaches

Préparation : 15 mn
Cuisson : 10 mn
Marinade : 3 heures
Pour 4 personnes :
12 abricots
45 g de cassonade
1 cuillerée à soupe d’armagnac
40 g de crème fraîche épaisse
80 g de crème de marrons
1 pain aux châtaignes de 230 g, tranché
20 g de pistache concassées
1. Coupez les abricots en deux, retirez les noyaux. Mélangez-les avec la cassonade et l’armagnac. Laissez mariner à température ambiante pendant 3 heures.
2. Préchauffez le four à 160 °C (th. 5-6).
3. Mixer la crème fraîche avec la crème de marrons.
4. Toastez le pain sur les deux côtés. Tartinez les tranches de crème. Superposez les abricots marinés, puis parsemez de pistaches concassées. Grillez au four 5 minutes.
5. Servez avec une boule de glace à la pistache.

Vous pouvez remplacer les abricots par des quartiers de pamplemousse rose.