mercredi 30 septembre 2015

mardi 29 septembre 2015

Infos santé : Kiné Ostéo-Le meilleur exercice pour le dos

Le meilleur exercice pour le dos

Il existe une multitude d’exercices thérapeutiques à la portée de tous avec des bienfaits considérables. Cependant, si nous avions à en choisir qu’un seul, le meilleur serait celui-ci : laissez-vous pendre comme les singes le font !

Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une barre fixe au plafond ou d’une barre métallique qui s’installe dans l’encadrement de porte que vous trouverez dans la plupart des magasins de sport (tel que fitness dépôt). Vous pouvez également aller faire un tour au parc de votre quartier qui dispose souvent de barre de suspension pour les enfants.

Vous n’avez qu’à vous agripper avec vos mains à la barre et à vous laisser suspendre. Vous pouvez plier les genoux si la barre est trop basse. Si votre prise n’est pas suffisamment forte pour soutenir votre poids, vous pouvez laisser reposer vos pieds au sol pour supporter une partie de votre poids (le moins possible) jusqu’à ce que votre prise se soit renforcée. Commencez par vous laisser pendre cinq à dix secondes pour ensuite augmenter jusqu’à trente secondes tout en respirant lentement et profondément. Répétez cet exercice à chaque jour.

Cet exercice simple utilise la force de gravité, qui habituellement nous compresse et fait dégénérer notre corps, pour nous étirer et nous régénérer. Cet exercice enlève les forces de compression qui s’exerce sur les disques et les vertèbres. Il est donc fortement recommandé pour les gens qui souffrent d’hernie discale. Il aide à prévenir et à réduire l’ostéoporose chez les personnes âgées. Il étire toute la colonne vertébrale et les muscles du dos.

Si la population était conscientisée à s’étirer de cette façon à chaque jour, l’achalandage dans les cliniques de physiothérapie et de chiropractie dans le milieu privé diminuerait énormément. Le système de santé économiserait des frais énorme en soins de santé chaque année. Tous les employeurs devraient installer dans leur milieu de travail ce genre de barre à suspension pour prévenir des arrêts de travail reliés aux douleurs physiques. Les centres de personnes âgées devraient faire la même chose. La prévention est la clé pour une meilleure gestion du système de santé. Les gouvernements pourraient, par exemple, installer dans chaque abri d’autobus des barres à suspension et faire une campagne d’information auprès des citoyens en leur expliquant les avantages sur leur corps. C’est un investissement peu coûteux dont les bienfaits sont considérables.


Source Sébastien Plante, ostéopathe

Infos santé : Kiné Ostéo-L’importance des dents dans les douleurs cervicales

L’importance des dents dans les douleurs cervicales

L’occlusion dentaire peut être observée de deux points de vue : l’occlusion statique ou dynamique. La position statique représente le contact des dents supérieures et inférieures entre elles quand le maximum de dents sont en contact. L’occlusion dynamique représente le fonctionnement et l’interrelation des dents, des muscles et de l’articulation temporo-mandibulaire. On parlera alors d’occlusion traumatique ou non-traumatique.

Les problèmes d’occlusion dentaire sont souvent causés par différentes interventions en dentisterie, des prothèses usées ou mal équilibrées, des dents manquantes, … Ils sont la cause d’un nombre considérable de douleur cervicale, de maux de tête, de douleur à la mâchoire, d’étourdissement, et de problème d’oreille.

Il existe des fonctions oro-faciales déjà enregistrées à la naissance au niveau du système nerveux 
central qui déterminent une occlusion normale. Une perturbation de l’alignement des dents n’entraîne pas nécessairement une malocclusion. Ce n’est pas une belle position alignée des dents qui détermine si une occlusion est bonne mais plutôt la manière dont les dents, les muscles et les ATM (articulation temporo-mandibulaire) fonctionnent ensemble. Une perturbation de l’alignement des dents représente souvent une adaptation du massif facial face à une perturbation d’une fonction primitive réflexe. Les cinq fonctions oro-faciales de base sont : la déglutition, la succion, la respiration, la mastication et le langage. Les quatre premières représentent des fonctions primitives réflexes, alors que le langage est une fonction cognitive plus élaborée. Ce sont les déterminants de la croissance maxillo-faciale. Donc, s’il y a une perturbation d’une de ces quatre fonctions, cela entraîne une perturbation du système neurologique avec une adaptation du développement maxillo-facial pouvant causer une perturbation de l’alignement dentaire. La majorité des traitements d’orthodontie (broches) se font sur une demande esthétique du client, alors qu’une minorité des demandes sont justifiées pour une raison fonctionnelle.


Lorsque l’occlusion dentaire est perturbée, que ce soit par un mauvais contact dentaire ou par un plombage mal-ajusté, il se produira un déséquilibre neurologique avec une compensation neuromusculaire. Le système nerveux central cherchera à compenser ce mauvais contact pour éviter l’interférence en ajustant les mouvements fins de l’ATM, ce qui engendrera un état de stress musculaire plus important au niveau des muscles de la mâchoire et du cou. À long terme, une détérioration de l’un ou plusieurs éléments de la triade muscle-ATM-dent apparaitra comme par exemple des maux de tête, une usure dentaire prématurée, une douleur faciale, une hypersensibilité dentaire, un craquement articulaire de l’ATM, un déchaussement, une mobilité dentaire excessive, …

Une récente étude a démontré que la majorité des gens qui n’ont pas de molaires, éprouvent des douleurs cervicales. Pour que la fonction s’exprime, il faut une configuration mécanique minimale. Les dents n’ont pas seulement comme fonction le sourire et la mastication. Elles ont un rôle dans le schéma corporel. Le fait de ne pas avoir de dents en arrière amène une adaptation du corps, de la tête et de l’ATM et peut engendrer des problèmes d’oreilles tels que l’acouphène, la sensation d’avoir une oreille bouchée, des problèmes d’ATM avec une mâchoire qui craque ou qui est douloureuse. De plus, cela modifie la posture, car le système manducateur à un rôle érecteur du rachis. La personne se retrouvera avec une courbure dorsale prononcée, une protraction de la tête (tête avancée), une bosse de bison et toutes les répercussions néfastes que cela engendre. D’un point de vue mécanique, la mastication devrait être symétrique et avoir lieu bilatéralement en alternance d’un côté à l’autre. Le fait d’avoir des molaires d’un seul côté entraîne une mastication asymétrique; c’est-à-dire une mastication toujours du côté opposé pour pouvoir réussir à broyer les aliments. Or, cette sur-sollicitation du même côté entraîne deux choses. D’abord, elle augmente considérablement le tonus musculaire des muscles masticateurs de ce côté (masséter, temporal, ptérygoidiens) pouvant être source de douleurs et même conduire à des problèmes crâniens. Ensuite, elle crée une augmentation du mouvement accessoire de l’ATM du côté opposé pouvant engendrer des phénomènes d’hypermobilité ou d’instabilité de l’ATM opposée. Donc, si vous souffrez de douleurs chroniques et que vous n’avez pas de molaires d’un côté ou de l’autre, ou des deux côtés, sachant maintenant les répercussions que cela peut causer, évitez de mâcher de la gomme pour diminuer la sur-sollicitation des muscles masticateurs et faites-vous faire une prothèse dentaire par votre dentiste ou par votre denturologiste. Arrêtez de vous faire traiter à répétition pour des douleurs cervicales qui ne disparaissent jamais si vous avez un problème du système manducateur. Si vous avez déjà une prothèse dentaire, assurez-vous qu’elle est stable, non usée et ajustée à la bonne hauteur (DVO) pour un maximum d’efficacité musculaire, et que vous êtes confortable avec. Sinon, faites la vérifier.


Si depuis quelques temps vous serrez des dents ou grincez des dents, que ce soit le jour ou la nuit, vous devez prendre conscience que cela augmente de façon considérable le tonus et l’activité musculaire des muscles de la mastication, du cou et de la tête. Cela peut facilement être la cause de vos douleurs. Pour ceux qui serrent les dents le jour, diminuez votre stress, faites les efforts nécessaires pour éviter de serrer les dents et évitez de mâcher de la gomme. Pour ceux qui serrent les dents la nuit, c’est un peu plus compliqué car c’est un problème inconscient. Le fait de serrer les dents ou de grincer des dents est majoritairement lié à un problème d’interférence dentaire et exacerbé par un problème émotionnel, qu’il soit psychologique ou physique. Serrer des dents est une façon d’évacuer le stress ou les tensions à l’intérieur de nous. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de personnes qui consultent régulièrement pour des maux de tête ou des douleurs cervicales dont le problème est simplement dû au fait que la personne serre des dents. Vous devez en parler à votre dentiste pour que celui-ci vous fabrique une plaque occlusale équilibrée ou qu’il procède à un équilibrage de votre occlusion. L’idéal serait de régler ce problème émotionnel mais comme ce n’est pas toujours évident, la plaque occlusale aidera en provoquant un réflexe d’inhibition par l’application d’une surface étrangère entre les dents. L’équilibrage de votre occlusion permettra de s’assurer que vos ATM soient centrées (au fond des fosses glénoïdes dans la portion la plus supérieure et antérieure avec le disque interposé), de faire fonctionner vos muscles en coordination et de diriger les forces occlusales dans l’axe long des dents. Ce faisant, l’équilibrage de votre occlusion apportera une détente du système neurologique qui se traduira par une diminution de l’état de stress musculaire et une diminution de vos douleurs. Une consultation en ostéopathie est également fortement suggérée pour éliminer les tensions faciales au niveau de la tête, de la mâchoire et du cou.

Plusieurs dentistes sont conscients des répercussions des problèmes d’occlusion sur les douleurs cervicales mais la plupart d’entre eux ignorent comment gérer ces patients. Les douleurs cervicales, les céphalées provenant du dessus de la tête, des tempes et de derrière les yeux ont un très bon taux de résolution avec l’équilibrage des dents. En plus, une dentition équilibrée ne s’use plus, les traitements dentaires sont beaucoup plus durables, la progression des déchaussements s’arrête et les patients cessent de bruxer (grincer). L’équilibration est une procédure sans douleur qui s’effectue en quelques rendez-vous et ne nécessite aucune anesthésie.

Face à la complexité des douleurs cervicales, à la mâchoire et à la tête, il est impératif qu’il y ait une collaboration entre les médecins, les ORL, les dentistes et les ostéopathes pour parvenir à aider efficacement les cas rebelles. La complémentarité des médecines s’avère essentielle.



Source Sébastien Plante, ostéopathe

lundi 28 septembre 2015

dimanche 27 septembre 2015

samedi 26 septembre 2015

jeudi 24 septembre 2015

mercredi 23 septembre 2015

mardi 22 septembre 2015

lundi 21 septembre 2015

Billets-Spécial décolleté


Spécial décolleté

Place aux décolletés audacieux, plus ou moins réussis selon si l’on maîtrise les fondamentaux du “bien porter”.       

Un joli décolleté n’est pas qu’une affaire de taille. Ce qui fait tout le boulot c’est votre soutien-gorge ! Peu importe du mignon petit A au ravageur bonnet E/F, pour obtenir un beau résultat il vous faudra :
  1. porter le bon modèle 
  2. le porter correctement.
Évidemment il y a une justice pour les 2 camps et des modèles pour les unes et pour les autres.


Un florilège des erreurs à ne plus commettre, quelques conseils à appliquer.


Résultat au moindre effort (courir pour rattraper son bus, prendre un objet en hauteur…) vous risquez la blague du sein qui se sauve.


L’horreur, surtout si vous portez un haut moulant. La poitrine donne une impression d’affaissement de profil sans parler du bourrelet qui s’est créé sur les côtés.


Résultat sous votre t-shirt un galimatias de chair, on se demande auquel de vos 4 seins se vouer !


Pensez-y lorsque vous portez un haut transparent.


Le port du push-up passé le bonnet D doit se faire avec modération et surtout avec naturel. Donnez un beau galbe à une poitrine qui s’affaisse un peu c’est possible (et même recommandé) mais bannissons toute forme de vulgarité surtout visuelle.


Si l’écart entre vos seins est trop prononcé, évitez les S-G triangle et les balconnets. Ils accentueront l’écart ! Résultat, vous aurez un creux suspect sous votre haut. Privilégiez les push-up et les corbeilles avec bonnets progressifs.



Définition : “On nomme parachute un S-G trop grand porté avec un effet de plis et de bâillement complètement inutiles”. A partir de là on ne comprend pas le bien fondé d’en avoir un.


Le risque majeur d’un balconnet trop bas est tout simplement de se retrouver avec le téton à l’air hors contexte. C’est assez gênant de devoir remettre le fuyard à sa place publiquement, sachant qu’un téton qui pointe devient le centre d’une attention dont on se passerait au travail, en réunion, au diner de famille…


Le bandeau revient en force, mais il doit se porter parfaitement positionné et surtout à la bonne taille. En cas de poitrine peu tonique, toujours prendre un bandeau à coque creusé ou rigide pour avoir un joli galbe.

Bien sûr je vous ai gardé le meilleur pour la fin. Savez-vous ce qu’est un FAIL en langage Web ? Il s’agit d’une défaillance, une erreur, un échec.
Et en lingerie ça donne ce n° 10.


T-shirt moulant : coques, emboitant, ou push-up
Chemisier : corbeille, balconnet, push-up
Débardeur : Triangle (bonnets A/B), coques, push-up, emboitant invisible
Dos nu : bandeau coque ou moulé, avec ou sans bretelle autour du cou
Couleurs claires : modèles sans coutures
Il existe une marque pour décolleté vertigineux malgré un bonnet A ou B : Luna Miracle Platinum. Bluffant!

En conclusion, si l’on doit faire avec ce que l’on a autant le faire bien. Quelques astuces et un bon produit peuvent faire la différence, et vous redonner confiance en votre potentiel de séduction.


Source Marques de Noblesse

Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

Dessins de presse


Dessins de presse

dimanche 20 septembre 2015

Dessins de presse


Dessins de presse

samedi 19 septembre 2015

vendredi 18 septembre 2015

Infos santé-3 bonnes raisons d’allaiter son enfant


3 bonnes raisons d’allaiter son enfant

Dans le cadre de la semaine mondiale de l'allaitement, l'OMS rappelle les principes de base de la pratique. Une occasion de rappeler les bienfaits du lait maternel sur la santé du bébé et de la mère. Cette première semaine du mois d’août est consacrée à l’allaitement. Jusqu’à dimanche, plus de 170 pays vont vanter les mérites de cette pratique. Sur son site, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en profite pour rappeler les bienfaits du lait maternel sur la santé du bébé, mais aussi de la maman.

  • Le lait protège le nourrisson des maladies
Après l'accouchement, du lait destiné à nourrir le bébé se forme dans les glandes mammaires de la femme. Composé d’eau, de glucides, de lipides, de protéines, de sels et d’oligoéléments, ce « breuvage » contient tous les nutriments nécessaires à l’alimentation du nouveau-né durant les six premiers mois de sa vie. Au cours de cette période, le bébé est dépourvu du système immunitaire nécessaire pour lutter contre des infections ou des virus. Le lait maternel lui apporte des anticorps provenant directement du corps de la mère et permet donc de préserver sa santé.
  
  • Un effet tranquillisant
De nombreuses études ont démontré les effets bénéfiques du lait maternel sur la santé et le développement du bébé : plus léger, le lait 100 % naturel de la maman est aussi plus facile à digérer pour le nourrisson. Sa composition diminue également les risques d’allergie. Le lait maternel influe également sur l’état de santé psychologique de l’enfant : il produit un effet tranquillisant et améliore le sommeil du bébé. Enfin, le rapport intime et privilégié avec la mère au cours des séances d’allaitement conférerait un sentiment de sécurité et de plénitude au nouveau-né.

  • Des effets bénéfiques pour la mère
L'allaitement a aussi des effets bénéfiques pour la mère : si de plus en plus de femmes ont recours au lait artificiel, celles qui s’en tiennent à la méthode « traditionnelle » auraient moins de difficultés à retrouver un poids normal après la grossesse. Par ailleurs, la production de lait entraîne libère des hormones euphorisantes, les endorphines, qui peuvent agir comme antidépresseurs dans le cas des mères atteintes du « baby blues », une dépression post-natale qui touche environ 50 à 80 % des femmes, mais dont la durée excède rarement une semaine.